L’ordre des choses, adapté des romans Pot-Bouille et L’œuvre d’Emile Zola, est un projet d’ampleur pour une troupe nombreuse, un spectacle sur le déterminisme social et les jeux de paraître, où le XIXème se mêlera au XXIème siècle.
L’ordre des choses sera une œuvre composée à partir de scènes des romans, de scènes écrites avec les comédiens, ainsi que de scènes sans texte pour des instants de théâtre chorégraphiés. Nous élaborons donc un calendrier en deux phases : le temps des explorations en résidence et de l’écriture, et le temps de création à proprement parler.


INTENTIONS

L’ordre des choses est un spectacle composé à partir de Pot-Bouille, roman d’Emile Zola qui se déroule principalement dans un immeuble parisien du quartier de Saint-Lazare vers 1860. Plusieurs familles vivent dans cet immeuble. Les commerçants au rez-de-chaussée, les propriétaires au 1er, l’employé de bureau au 3ème, la veuve au 4ème, les domestiques et les ouvriers sous les toits… Toute une société sur quelques mètres carrés.
Comment se regardent-ils, se comparent-ils, s’envient-ils ? Quelles relations entre eux ? Quelles relations entre les hommes et les femmes ? Et au sein des familles, dans l’intimité, que s’imposent-ils pour rester à leur place, maintenir leur rang et que l’ordre des choses perdure ?

Dans Pot-Bouille, Zola étudie la vaste classe bourgeoise qui se constitue durant le XIXème siècle Haussmannien. Ce siècle est le berceau de nos rapports de classes, de nos rapports de genre et des mécanismes relationnels qui en découlent. Et par ce roman, je veux penser le déterminisme social, la peur du déclassement, les jeux de paraitre et la solitude dans le monde urbain, et les chemins possibles de l’émancipation.

Au XXIème siècle, nos décisions, nos choix, nos désirs sont encore régis par un « ordre des choses » qui semble immuable, comme l’accord tacite de toute une société auquel nous ne pourrions nous soustraire que par une grande force de caractère qui confine à l’exceptionnel.
C’est cet ordre des choses que j’observe et veux révéler par le plateau.
Cette force sociale et intime qui pèse sur nous, trouble et insidieuse.

Pourquoi avons-nous intérêt à entretenir les clivages sociaux et les entre-soi ?
Pourquoi les femmes semblent être à la fois les rouages et les victimes de ce manège ?
Pourquoi maintenons-nous ces mécanismes qui nous permettent de vivre les uns à côté des autres, mais jamais vraiment ensemble et jamais vraiment librement ?

Il me trouble cet ordre social tant il semble difficile à contrecarrer. Tant il exclut. Tant il empêche. Tant il étouffe. Et pourtant je veux croire qu’on puisse tendre à plus de commun et à l’émancipation de chacun.

 

Noémie Rosenblatt
janvier 2022

saison 2021-2022 > production, préparation et mise en oeuvre du projet
septembre 2022- décembre 2023 > EXPLORATIONS (écriture // résidences)
2024 > CRÉATION


L’ÉQUIPE

Adaptation, écriture et mise en scène : Noémie Rosenblatt
Collaboration dramaturgique : Morgane Lory
Accompagnement à l’écriture : Mariette Navarro

Création lumières : Claire Gondrexon
Scénographie : Angéline Croissant
Costumes : Camille Pénager
Régie Générale : Alix Weugue
Direction de production : Annabelle Couto / Le Bureau des Filles

Interprètes et collaborateurs à l’écriture : Priscilla Bescond, Catherine Dewitt, Céline Dupuis, Damien Houssier, Maxime Le Gall, Mickaël Pelissier, Laure Werckman (en cours)

 

PRODUCTION

Production : La Compagnie du Rouhault
Coproduction : La Comédie de Béthune, CDN Hauts-de-France . Le Grand R, Scène Nationale de La Roche-sur-Yon . La Rose des Vents, Scène Nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq
Soutien : La Maison du Théâtre et de la Danse à Epinay-sur-Seine . Le Théâtre du Nord, CDN Lille – Tourcoing
(en cours)