Je suis comédienne depuis ma sortie du Conservatoire National d’Art Dramatique en 2010.
Aujourd’hui j’évolue comme comédienne et chanteuse grâce à divers projets théâtraux et musicaux dans lesquels je suis sollicitée. J’ai la chance de pouvoir vivre de mon métier, de l’avoir choisi, de m’y épanouir pleinement et de travailler BEAUCOUP.
Mais voilà que ce BEAUCOUP, dont nous rêvons tous lorsque nous sommes intermittents du spectacle me fait parfois défaut : crise d’angoisse, blessure en scène ou en répétition, extinction de voix, crise d’urticaire, états grippaux récurrents… malgré mon désir et mon épanouissement dans mes diverses activités, il m’arrive de me retrouver dans des postures vulnérables, et c’est un effort de les dépasser.

La fatigue fait surgir en moi un sentiment d’emprisonnement, mais aussi d’impuissance à dire, à partager ma défaillance avec les autres. Alors je m’interroge sur ce non-dit qui accompagne à diverses échelles les artistes et plus largement chacun de nous quotidiennement :

Pourquoi on n’en parle pas ?
Pourquoi regarder toujours comme un mal, le fait d’être parfois vulnérable ?
Pourquoi cette vulnérabilité génère chez l’autre un sentiment de gêne pouvant aller jusqu’à la condescendance et le rejet ?
Pourquoi ne pas accueillir ces mouvements intérieurs délicats avec plus de générosité pour soi et pour les autres ?

Ce sont ces questions qui me poussent à vouloir créer un cabaret où l’on parlerait de l’épuisement que la vie quotidienne peut faire jaillir en nous.
Je cherche à créer un univers où l’on aurait le droit de se connecter à nos ras-le-bol, de dire stop à un mouvement de vie qui va de l’avant pour prendre un peu de recul et rêver de suspension.
Je cherche à écrire des sons, des corps, des langages qui permettraient à nos fatigues de s’exprimer et de se libérer du silence.

Il ne s’agirait pas de se divertir pour oublier mais de se divertir pour mieux convoquer.
Et ainsi, inviter le public à communier autour de cette fatigue qui s’insinue en chacun de nous constamment. Offrir à la fatigue le temps d’un spectacle pour exister, plaire, insupporter, ou accabler selon l’humeur qu’elle inspirera à tout un chacun.

La quête à la fois démente et modeste que j’inviterai le public à faire à mes côtés ?
Chercher s’il est encore possible de conquérir en Société des espaces de libertés pour soi et pour les autres grâce au monde du Spectacle.
Je veux offrir un espace de légèreté à ce qui apparaît comme un carcan dans nos vies.
Je veux évoquer et ouvrir les cages dans lesquelles je nous sens piégés, à cause de notre de manière vivre au quotidien.
Je veux bâtir des portes pour échapper au mal à dire.
Je veux rêver d’espoir et rabattre son caquet à nos inquiétudes intimes et collectives en convoquant un univers de fête.


Texte et Mise en Scène : Ludmilla DABO
Collaboration artistique : Catherine HIRSCH
Assistante à la mise en scène : Hélène ROBERT
Chorégraphie : Mai ISHIWATA
Lumière : Maxence MULLER

 

AVEC :
Anne AGBADOU MASSON
Alvie BITEMO
Ludmilla DABO
Malgorzata (Gosia) KASPRZYCKA
Aleksandra PLAVSIC
Noémi WAYSFELD